Le concerto pour violon de Tchaïkowski

LE CONCERTO POUR VIOLON DE TCHAÏKOVSKI
DIMANCHE 15 AVRIL 16H30 THÉÂTRE CROISETTE -

CANNES DURÉE DU CONCERT : 1H30 AVEC ENTRACTE

CHARLES OLIVIERI-MUNROE DIRECTION SARAH NEMTANU VIOLON ROBERT SCHUMANN Ouverture, Scherzo et Finale en mi majeur, op. 52 PIOTR ILYITCH TCHAÏKOVSKI Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 35 Allegro moderato Canzonetta Allegro vivacissimo ENTRACTE
JAN VÁCLAV HUGO VORÍSEK Symphonie en ré majeur, op. 24 Allegro con spirito Andante Scherzo. Allegro ma non troppo Finale. Allegro con

NOTE SUR LE PROGRAMME
SCHUMANN Ouverture, Scherzo et Finale L'année 1841 fut très productive pour Schumann qui composa sa Première Symphonie, esquissa la Quatrième et écrivit la Sinfonietta, titre initial que le compositeur donna à son Ouverture, Scherzo et Finale. Car cette page est en effet une courte symphonie dépourvue de mouvement lent. L'Ouverture, « légère et cordiale » selon le compositeur, débute par une introduction lente et rêveuse à laquelle succède deux thèmes plein d'énergie et de lyrisme. Le Scherzo, sur un rythme de "chevauchée" aérienne, n'est pas sans rappeler l'élégance orchestrale de Mendelssohn. Enfin, le Finale présente deux thèmes très contrastés et s'achève avec force. (Durée 17')
TCHAÏKOVSKI Concerto pour violon Ce concerto pour violon est la meilleure chose qui soit sortie du mariage raté de Tchaïkovski avec Antonia Milukova. Après avoir reçu une lettre de cette ancienne élève lui déclarant un amour fou, Tchaïkovski lui demande sa main un ou deux jours après leur rencontre. Le mariage ne dure que trois mois, mais il parvient tout de même à la mépriser - en fait elle ne connait pas ses notes ! - et n'arrive pas à se résoudre à la présenter en public comme son épouse. Suite à cet échec, Tchaïkovski s'enfuit d'abord à Saint-Pétersbourg, puis à Clarens en Suisse. C'est là qu'il compose, en 1878, le Concerto pour violon, dont le thème principal du premier mouvement, à la fois épique et romantique, a sans doute contribué à la popularité qu'il a plus tard connu. Car au départ, l'œuvre est jugée inexécutable par Leopold Auer, à qui Tchaïkovski dédie le Concerto. Quelques années plus tard, le violoniste écrit que « le Concerto s'est fait une place dans ce monde, et c'est le plus important. » C'est donc un jeune violoniste du nom d'Adolf Brodsky qui, trois ans plus tard, exécute le concerto pour la première fois, et en devient le dédicataire. Cette partition flamboyante au lyrisme ensorcelant, qui lorgne ouvertement vers la musique tzigane dans le mouvement final, recèle en son sein une Canzonetta d'une nostalgie lyrique crépusculaire qui touche immédiatement au cœur. (Durée 29')
VORÍSEK Symphonie en ré majeur En 1813, Vorísek, 21 ans, quitte sa Bohême natale pour poursuivre ses études de droit et se rend à Vienne, ville à l'atmosphère musicale florissante. Beethoven parle de ses douze Rhapsodies en termes élogieux confirmant ainsi son talent artistique. Après seulement six ans à Vienne, Diabelli invite Vorísek à participer à son projet d'une publication rassemblant les talents autrichiens. Lorsque Vorísek écrit sa Symphonie en 1823, la cité autrichienne n'a qu'un nom à la bouche : Beethoven. Mais pour son unique symphonie, Vorísek ne cherche pas à copier le style de son idole ; il s'inspire plutôt de sa patrie et de son patrimoine musical, tout en conciliant le modèle établi de la symphonie en quatre mouvements. La Symphonie s'articule autour de mélodies charmantes ou tragiques, où le feu bohémien, vif et espiègle n'est jamais très loin. (Durée 28')

LES ARTISTES
CHARLES OLIVIERI-MUNROE Charles Olivieri-Munroe est directeur musical et chef d'orchestre principal de l'Orchestre Philharmonique de Cracovie depuis 2015, premier chef d'orchestre de la Philharmonie Südwestfalen en Allemagne, et chef honoraire de l'Orchestre Philharmonique tchèque du Nord. Il grandit au Canada où il étudie le piano au Royal Conservatory of Music puis la musique à l'Université de Toronto. Il se perfectionne à l'AcadémieJanácek à Brno (République Tchèque) et à l'Académie Chigiana à Sienne (Italie) auprès de Ilja Musin, Yuri Temirkanov et MyungWhun Chung. Sa carrière est lancée grâce à une série de succès lors de concours internationaux. Il apparaît régulièrement à la tête des grands orchestres internationaux : Philharmoniques d'Israël, de Saint Pétersbourg, de Stuttgart, de Varsovie, de Bruxelles, Symphoniques de Montréal, de Toronto, de Kyoto, de Sydney, de Munich et bien d'autres. Sur la scène lyrique, il fait ses débuts en 2001 avec Falstaff de Verdi au Berlin Komische Oper. Puis c'est Don Giovanni à Mila, Aïda au Festival du Lac de Come, et la Fenice, Amsterdam, Prague, Sydney... Reconnu par ses pairs, Charles OlivieriMunroe dirige des solistes tels que Krystian Zimerman, Maxim Vengerov, Mischa Maisky, Schlomo Mintz, Sol Gabetta, Ivan Moravec, Joseph Suk, Gabriela Benackova, Joseph Calleja. Reconnu pour sa programmation innovante, en plus du répertoire classique, il a séduit le public avec ses interprétations des maîtres tchèques : Dvorák, Smetana, Janácek et Martinu. Ses enregistrements pour Sony, RCD Red Seal, Naxos et Naïve peuvent être entendus sur les ondes des radios internationales.


SARAH NEMTANU Nommée premier violon solo de l'Orchestre National de France à seulement 21 ans, elle est, en 2009, la vraie violoniste du film Le Concert de Radu Mihaileanu où elle conseille et double Mélanie Laurent en y interprétant le premier mouvement du Concerto pour violon de Tchaïkovski. Après son disque Gypsic, qui montre l'étendue de son talent en allant aux frontières des musiques du monde en évoquant l'esprit tzigane et les rythmes des Balkans, sort précisément, en 2013, chez Naïve, l'enregistrement de ce Concerto interprété en live avec l'Orchestre National de France dirigé par Kurt Masur. Avant d'en arriver là, Sarah Nemtanu a obtenu des succès en concours internationaux (Premier Prix Maurice Ravel à Saint-Jean de Luz et lauréate du concours international Antonio Stradivarius en 2001) et s'est forgée une belle réputation avec ses prestations en soliste dans les plus belles salles du monde comme le Théâtre des Champs-Elysées, le Century Hall à Tokyo, le Carnegie Hall à New York ou le Musikverein de Vienne, et en formation de musique de chambre avec ses complices habituels Romain Descharmes, Anne-Lise Gastaldi, David Guerrier, Jean-Frédéric Neuburger et, bien sûr, sa soeur Déborah Nemtanu. Enfin offrir, transmettre et partager étant, pour elle, essentiel dans la façon de vivre son art, Sarah Nemtanu s'est ainsi engagée pour l'association « Musique et Santé » dirigée par Philippe Bouteloup et mène des actions à l'Institut Gustave Roussy de Villejuif. Elle apporte son aide à l'éducation musicale des plus jeunes avec des masterclasses et des actions pédagogiques. La prestigieuse Fondation Zilber- Rampal lui prête un violon Giovanni Battista Guadagnini de 1784.

ˇ